Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

http://images3.photomania.com/3436206/1/rad98948.jpg


Bienvenue sur mon blog !

ceci n'est pas une présentation. 

Articles Récents

Blog-Mouton

30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 18:05

"Les troubles présentés par N. évoquent davantage une dysharmonie psychotique..."

L'attaque des mots barbares..

Le retour en force dans ce lieu que nous pensions sécurisé dans ce domaine, de la branche psychanalytique.

De cette psychanalytique qui s'obstine à parler de psychose pour les autistes.

De cette psychanalytique qui a attendu 50 ans après les autres pays développés sur le sujet avant d'arrêter de les enfermer, de les foutre sous neuroleptiques, et de se dire "oups, peut être qu'on s'est trompés ?". Ou pas. Nan parce qu'ils n'admettent pas l'erreur. Et s'obstinent à valoriser leurs termes sous de belles paroles freudiennes. Ou de citer Lacan.

Ou l'autre taré qui enfermait les autistes dans une maison. Surtout loin de la mère castratrice. Celle de qui tout démarre.

Aller dans un Centre Ressource Autisme. Rencontrer des "professionnels", et se faire encore accuser (quoi que poliment, certes, on m'a répété que non non non, ce n'était pas moi la responsable hein. Juste que ma présence induit quand même dans ce terme un trouble mental envers mon enfant. En dehors de ça.. c'est pas moi).

Cette psy' qui se dit que "dysharmonie psychotique", ça le fait très bien, et mieux même, pour parler des autistes atypiques (vous savez, les 90% de la rubrique qui sont verbaux, et qui ne se contentent pas de se balancer dans un coin de pièce en se mutilant. nan. Tous les autres là). Parce que ça signifie que les apprentissages sont déséquilibrés. Un peu freinés par les angoisses.

Comme si cette angoisse, elle, ne pouvait être liée à cette différence neurologique qui rend le monde dans lequel on vit trop riche en émotionnel pour un enfant comme Noam.

Comme si l'un de nous devait vivre chaque jour dans un concert de techno'. en accéléré. Et comprendre des émotions issues d'une autre planète.

Chais pas, juste l'imaginer, moi, ça me fout l'angoisse.

Alors lui... qui le vit...

Mais non. On parle de l'effet comme étant la cause.

Puis. coup de grâce ultime, celle qui vraiment nous montre à quel point on nous prend pour des cons, la fin de la phrase entamée plus haut :

"...ou de troubles envahissants du développement non spécifiques".

c'est à dire la classification mondiale officielle.

Celle qui explique qu'en fait, c'est pas mental.

C'est neuronal.



Donc c'est opposer, de façon consciente, et très sérieusement, que notre gosse est soi un gosse mal dégrossi à cause de la mère qui en a fait pas assez/trop/mal/pas bien. Ou bien. Sinon. Pitêtre. Un gosse handicapé par ses neurones qui lui foutent la merde. Ces neurones qui font qu'il est hypersensible à tout ce qui l'entoure et qui le compose.

Et nous dire qu'on a fait son travail.

Ces mots barbares, je lève mon armée contre eux.

Ces mots barbares, je REFUSE qu'ils passent le seuil de nos vies, et fassent partie de l'histoire de notre fils.

Ces mots barbares, j'ai décidé de les repousser à la frontière ou ils auraient du rester, il y a 50 ans.....

Sur ce... (je vous laisse un lien. Ignorez, s'il vous plait, le lieu ou se trouve l'article, ça n'a aucun rapport dans ce cas précis.. il ne fait que référencer un bilan de la HAS au sujet de l'autisme et des approches française à son sujet..)

Partager cet article

Repost 0

commentaires